2009 Borderline Biennial Demeure du Chaos/Abode of Chaos No program, No press, No money…

décembre 31st, 2008 by thierry Borderline Biennial

Attention, la lecture des derniers événements et performances sont en bas de cette page unique avec les dates des évènements et les conditions d’admissions aux soirées

Gonzo Narration en live de la Borderline Biennial (Laurent Courau laspirale.org)

http://artpressagency.wordpress.com/

No program, No press, No money

La Borderline Biennial 2009 se refuse à un programme, les seuls mots seraient : Apparition, Art Royal, Annonciation, avènement, commencement, création, éclosion, émergence, épiphanie, éruption, esprit, évocation, explosion, fantôme, forme, hallucination, irruption, magie, manifestation, psychose maniaco-dépressive , spectre, théophanie, venue, vision…

L’entrée est libre et gratuite mais réservée à un public adulte et averti. (Pour chaque performance, nous sommes limités à un nombre restreint de participants). L’absorption de la pilule DDC ainsi que son échographie et un test ADN constituent votre laissez passer obligatoire pour disparaître dans le monde de la Borderline Biennial. Compte-tenu que l’on tourne en live, l’abandon du droit à l’image et à son âme est obligatoire.

Lors de la  pandémie de la grippe A(H1N1) et passage par le gouvernement du niveau d’alerte en 5b ou 6 (obligation de fermeture par la préfecture des ERP espaces culturels) la Borderline est en live sur Internet avec login et mot de passe pour adultes avertis et consentants.

Plongée dans les eaux profondes, la Borderline Biennial va au-delà des contre-cultures, elle possède cet aspect festif de l’instant non-contrôlé qui adhère en auto-organisation spontanée. C’est une épiphanie, une expérience démesurée aussi bien au niveau social qu’individuel. Notre TAZ de 40 jours et 40 nuits implique une certaine sauvagerie, une évolution du domestique au sauvage, un retour qui est un grand pas en avant. elle implique également une danse du chaos face à l’appareil de contrôle : l’Etat qui continue à se déliter et se pétrifier devant l’insurrection qui vient.

A mesure que le pouvoir disparaît, notre volonté de pouvoir doit être la disparition. Nous devenons, dans l’Internet profond, la Babylone de l’information. Entre le Tigre et l’Euphrate, nous jonglons à travers nos labyrinthes analogiques et tunnels numériques. Enfin, nous avons reçu nos implants, ils sont indispensables pour certaines expériences Borderline. Nous devons revivre le Matin des magiciens à travers la Materia Prima.

Je sens de bonnes vibrations alchimistes mes petits loups, il faut parfois regarder derrière l’apparat et les rites et comprendre l’humanisme fraternelle de l’univers CyberPunk. C’est mon monde, c’est notre monde, c’est votre monde. C’est le lieu où l’histoire se déroule, d’un futur déjà passé. On est tous dans une zone d’incertitude, post-nuke entre le réel et le virtuel à subir les déviances du capitalisme dans ce putain d’univers et la narration pathétique d’un occident qui se consume dans les ruines du 9/11 .

C’est pourquoi la Demeure du Chaos/Abode of Chaos est un univers cyber-punk comme une dystopie. L’incarnat pourpre de la Cité Interdite et de ses règles, je reviendrai dessus prochainement…

thierry

Pour les absents de la Borderline Biennial 2007 : le court metrage d’Etienne Perrone selon un scénario original de thierry ehrmann ( vidéo réservée aux adultes avertis)

Adults only / Attention ce nouveau film est strictement réservé à un public adulte averti

Le film III “Borderline Biennial/ La Demeure du Chaos” est fait pour être téléchargé, streamé, copié, diffusé sans limites, posé en peer to peer. Un film d’Emmanuel Joly et l’équipe de Hors Série films d’après un scénario original de la Borderline Biennal. La Demeure du Chaos est un révélateur, chaque regard ou troisième oeil produit un nouveau sens. Le film d’Emmanuel Joly témoigne du téléscopage de personnalités cyberpunks…

Long métrage d’Alexandre Cardinali sur un scenario de thierry ehrmann (72 minutes)

Eternal IN/OUT Materia Prima Borderline Biennial 2009 b.Gaillot

“Nutrisco Et Extinguo” mirage numérique, anticipation, Prolepse ou prescience ?

3 août 2009 La Cité Interdite…

 Implacable approche Deleuzienne appliquée par les Guerriers du Chaos.

Durant les longs combats contre le système en place, les “Guerriers du Chaos” se déplacent dans la Demeure du Chaos devenue la “Citée Interdite” à travers des centaines de mètres de tunnels en surface et en sous-sol, par les salles machines, le Temple Protestant, les containers enterrés ou aériens, les toits, les passerelles tentaculaires d’Overground, le Bunker, les sculptures monumentales, les sources romaines et les éléments de végétations avec des élingues dans les arbres. ils jonglent en permanence entre les IPN et les treillis d’acier.

Les tunnels sont creusés dans une structure globale dense et contiguë empruntant les sources romaines du Domaine et les passages secrets du Temple Protestant. Bien qu’un grand nombre de Guerriers du Chaos évoluent simultanément dans les 9 000 m2 de la Demeure du Chaos, ils sont tellement “fondus” dans l’architecture glocale que très peu sont visibles de l’extérieur.

Cette forme de mouvement, décrite par les Guerriers du Chaos comme une “infestation“, cherche à redéfinir l’intérieur comme l’extérieur, et les intérieurs domestiques comme voies de communication. Nous jonglons à travers nos labyrinthes analogiques et tunnels numériques en laissant les cicatrices de lambeaux de peaux accrochés sur tous les murs de la Demeure. La stratégie des Guerriers du Chaos de “marcher à travers les murs” implique une conception de la “Cité interdite” comme non seulement le site, mais également comme le cœur même de la guerre, un milieu flexible, presque liquide et organique qui est toujours aléatoire et en prise à des changements permanents. Un véritable monde d’ombre face à l’ordre établi.

La Demeure du Chaos n’est jamais morte. C’est un bloc de matière primordiale et brute ; le culte d’un monstre unique, inerte et spontané, plus ultraviolet que toutes les autres mythologies telles les ombres devant Babylone entre le Tigre et l’Euphrate. Il ne faut jamais oublier que le Chaos précède tous les principes d’ordre et d’entropie, il n’est ni le bien ni le mal, car le monde n’est pas binaire, mec, c’ est l’incertitude du pouvoir. Il n’est ni un début, ni même une fin. C’est un trou noir, ce qui, par essence, fait des Guerriers du Chaos, des terroristes de la pensée… Le Chaos est un vide quantique dont les pirates que nous sommes sont les particules virtuelles, c’est la Materia Prima, le champ de tous les possibles.

Le Chaos naît dans les interstices d’un monde sous contrôle… C’est l’ordre que nous combattons qui crée le Chaos. Les théoriciens militaires contemporains sont occupés maintenant à re-conceptualiser les maps mouvants des mégapoles. En jeu, ce sont les concepts, les suppositions et les principes fondamentaux qui déterminent les stratégies et les tactiques militaires. Il y a des points communs considérables entre les textes théoriques considérés comme essentiels par les académies militaires et les écoles architecturales, l’Infra-mince de Duchamp est aussi cette interface entre ces deux mondes antagonistes.

En effet, les listes de lectures des institutions militaires contemporaines incluent des travaux depuis à peu près les années 1968, notamment sur les écrits de Gilles Deleuze, de Félix Guattari et de Guy Debord, ainsi que des écrits plus contemporains sur la théorie post-coloniale et post-structuraliste de l’urbanisme, de la psychologie, de la cybernétique. Les Guerriers du Chaos ont intégré ces données comme essentielles pour la résistance et la mise en place de TAZ comme la Borderline Biennial.

Les Guerriers du Chaos disent “l’espace que vous regardez, l’œuvre que vous regardez, ce n’est rien d’autre que votre interprétation”. La question est, comment interprétez-vous la Demeure du Chaos ? Un No man’s land, un espace ouvert selon la notation de Thiel ? L’ennemi interprète la Demeure du Chaos comme la “Cité Interdite” pour s’y déplacer et les portes centrales comme quelque chose dont le franchissement est un interdit sacré ou profane, et les murs d’enceinte comme quelque chose par lequel il est interdit de regarder, parce que des armes ou bien pire l’attendent derrière les murs, et des pièges de toutes natures sont derrière les portes centrales et périphériques de la “Cité Interdite”.

La Demeure est une bombe, lenteur de son explosion qui se propage dans tous les interstices de nos ennemis. La Demeure est l’estomac du rêve, la forme et les ombres des ennemis disparaissent, elles se mettent à hurler, à être digérées par le Chaos. Profaner le sanctuaire de la Demeure du Chaos, c’est violer l’ensemble de mesures assurant sa garantie, sa protection, avec une dimension de sauvegarde, de mise à part, d’intangibilité.

C’est parce que nos ennemis interprètent l’espace d’une façon traditionnelle et classique que nous ne voulons pas obéir à cette interprétation et tomber dans ses pièges. Les Guerriers du Chaos veulent les surprendre ! C’est l’essence même de la guerre. Nous devons vaincre l’ordre en place. Nous voici, nous autres Guerriers du Chaos nous glissant entre les fissures des murs du Temple, de l’Etat, du Palais de Justice, de l’Université, de la Bourse, de tous ces monolithes paranoïdes. Coupés de la tribu par la nostalgie brute, nous creusons un tunnel vers les mots perdus, les bombes imaginaires de la “Cité Interdite”.

C’est pourquoi nous avons opté pour la méthodologie de nous déplacer à travers les murs et les sous-sols de la Demeure… Comme un ver qui mange son chemin vers l’avant, émergeant à certains points et puis disparaissant. A mesure que le pouvoir disparaît, notre volonté de pouvoir doit être la disparition…

Les Guerriers du Chaos savent que la Demeure retient la réalité de nos ennemis et leurs formes entre les mâchoires de sa folie pour les consumer dans le soufre incombustible, le mercure philosophal. Sur leurs corps les Guerriers du Chaos portent la devise “Nutrisco ET Extinguo” qu’incarne la Salamandre alchimique symbole de la Demeure du Chaos.

Nous nous sommes délibérément interdit de définir la TAZ qui est explicite. Nous ne voulons pas créer de dogme politique. Nous nous contentons de tourner autour du sujet en lançant des sondes exploratoires s’articulant autour du principe des utopies pirates. La TAZ y est très liée, ne serait-ce que par une filiation d’idées : les concepteurs des TAZ se réclamant de l’esprit de révolte des flibustiers. On trouve d’ailleurs une longue partie sur la TAZ dans le livre sur les pirates de Mikhaïl W. Ramseier, “La Voile noire”, qui s’interroge entre autres sur l’éventuelle filiation que certains libertaires affirment reconnaître entre anarchie et piraterie.

Je vous en avais déjà parlé dans les précédentes lettres de la DDC, il faut impérativement lire l’histoire de la piraterie à travers entre autres, le livre de Marcus Rediker : « Villains of all nations ». Les coutumes pirates voulaient qu’à chaque création d’un nouvel équipage le navire nouvellement lancé sous l’étendard noir et blanc le personnalise en lui ajoutant un signe ou une particularité. Le « Jolly Rogers » s’imposait donc à la Demeure du Chaos comme étendard de valeurs communes au clan. Ainsi, 3 autres signes se sont imposés :- Le bandeau sur les yeux : signifiant du terrorisme dont la DDC à été accusée au procès de Grenoble mais aussi de l’état d’esprit du graffiti.- Le « cap » de l’aérosol associé à la goupille : tous 2 symboles d’une « bombe », d’un art controversé et d’une arme.

Nos ennemis nous affublent de noms tels que “Différence et Répétition”, “Entités rivales sans forme”, “Manœuvre fractale”, “Rapidité contre Rythmes”, “Machine de guerre”, “Anarchistes post-modernes”, “Terroristes intellectuels” et “Orgues de Staline”, “Cinquième colonne”, ils se réfèrent souvent au travail de Deleuze et de Guattari. Les machines de guerre, selon les philosophes, sont polymorphes ; des organismes diffus caractérisés par leur capacité à se métamorphoser, composés de petits groupes qui se fractionnent ou fusionnent entre eux, selon l’éventualité et les circonstances.

Deleuze et Guattari savaient bien que l’Etat pouvait aussi volontairement se transformer en machine de guerre. Plongée dans les eaux profondes, la Borderline Biennial va au-delà des contre-cultures, elle possède cet aspect festif de l’instant non contrôlé qui adhère en auto-organisation spontanée. C’est une épiphanie, une expérience démesurée aussi bien au niveau social qu’individuel. Notre TAZ de 40 jours et 40 nuits implique une certaine sauvagerie, une évolution du domestique au sauvage, un retour qui est un grand pas en avant. Elle implique également une danse du Chaos face à l’appareil de contrôle : l’Etat qui continue à se déliter et se pétrifier devant l’insurrection qui vient.

Nous déplaçons en cas d’attaque majeure notre conflit avec l’ordre établi dans l’Internet profond. On peut considérer que l’Internet profond est un outil important pour nos TAZ : “Si la TAZ est un campement nomade, alors l’Internet profond est le pourvoyeur des chants épiques, des généalogies et des légendes du clan ; il a en mémoire les routes secrètes des caravanes et les chemins d’embuscade qui assurent la fluidité de l’économie clanique ; il contient même certaines des routes à suivre et certains rêves qui seront vécus comme autant de signes et d’augures qui détruiront mentalement l’ennemi”.

Il est nécessaire de comprendre comment nos ennemis interprètent le principe désormais familier “d’essaimage”. La manœuvre de l’essaim en fait a été adaptée par les Guerriers du Chaos du principe d’intelligence artificielle, de l’intelligence de l’essaim, qui suppose que des capacités de résolution des problèmes soient trouvées dans l’interaction et la communication d’agents relativement peu sophistiqués (fourmis, oiseaux, abeilles, soldats) avec peu ou pas de commandement centralisé. L’essaim illustre le principe de non-linéarité apparente en termes spatiaux, organisationnels et temporels. Il est directement issu de la théorie du Chaos décrite par Lorenz et remasterisée par Gleick.

Le paradigme de manœuvre traditionnelle, caractérisé par la géométrie euclidienne, est transformé, selon les militaires par un nouveau paradigme en une géométrie complexe de type fractal. Selon nous, l’ensemble de Mandelbrot est localement connexe. En topologie militaire, la notion de connexité formalise le concept d’être d’un seul tenant, d’où notre avantage stratégique sur l’ennemi.

Cela peut expliquer la fascination de l’armée pour les modèles spatiaux et organisationnels et les modes opératifs avancés par des théoriciens tels que Deleuze et Guattari. Pour les militaires, la guerre urbaine est l’ultime forme post-moderne de conflit. La Foi en un plan de bataille structuré logiquement et à sens unique disparaît devant la complexité et l’ambiguïté de la réalité urbaine. Des artistes deviennent des combattants, et les combattants deviennent des artistes. Pour un ennemi de la Demeure du Chaos, les Guerriers du Chaos semblent “être partout : devant, derrière, sur les côtés, à droite et à gauche, en haut et en bas. Comment peut-on se battre dans cette façon ?”.

Pour aller plus loin nos ennemis nous demandent : pourquoi pas Derrida et la Déconstruction ? Nous répondons : Derrida est peut-être un peu trop conceptuel pour nous autres Guerriers du Chaos. Nous avons plus de choses en commun avec les architectes du désir ; nous combinons théorie et pratique. Nous pouvons lire, mais nous savons aussi comment construire et détruire et parfois, annihiler toute forme d’ennemis… Ces idées avaient été, bien sûr, conçues par Guy Debord et d’autres membres de l’Internationale Situationniste pour défier la hiérarchie construite de la cité capitaliste et pour casser les distinctions entre le public et le privé, entre l’intérieur et l’extérieur, l’usage et la fonction, en remplaçant l’espace privé par une surface publique “sans frontières ni limes”.

La violence mentale peut ainsi être projetée comme tolérable et le public encouragé à la soutenir. Ainsi, le développement et la diffusion de nouvelles technologies militaires encouragent la fiction qui est projetée dans le domaine public qu’une solution militaire est possible dans des situations où, au mieux, c’est très douteux. Le véritable danger est là. La fonction pratique ou tactique, la façon dont la théorie Deleuzienne influence les tactiques et les manœuvres militaires, soulève des questions sur la relation entre la théorie et la pratique. En termes discursifs, la guerre, s’il ne s’agit pas d’une guerre d’annihilation totale, constitue une forme de discours entre des ennemis.

Chaque action militaire est censée communiquer quelque chose à l’ennemi. Parler “d’essaimage” et de “destruction intelligente”, par la voix des Guerriers du Chaos, permet de communiquer à ses ennemis qu’ils ont la capacité d’effectuer des destructions bien plus importantes. Des raids ou attentats artistiques peuvent dont être projetés comme des alternatives plus modérées aux capacités dévastatrices possédées actuellement par les Guerriers du Chaos qu’ils déclencheront si l’ennemi dépasse le niveau “acceptable” de violence ou enfreint un accord tacite.

En termes de théorie militaire opérationnelle, il n’est jamais essentiel d’utiliser sa pleine capacité destructive, mais plutôt de maintenir le potentiel d’accroître le niveau d’atrocité mentale. Sinon, les menaces n’ont plus aucun sens.

Pour les Guerriers du Chaos, il n’y a pas de devenir, pas de révolution, pas de lutte, pas de voie ; chacun est déjà le monarque de sa propre peau, sa liberté inviolable n’attend que d’être complétée par l’amour des autres monarques, une politique de rêve, urgente comme le bleu du ciel et la folie de notre siècle.

Quand les Guerriers du Chaos parlent de théorie, cela semble être la question du changement de sa structure organisationnelle et hiérarchique. Et quand les Guerriers du Chaos parlent à l’ennemi, la théorie peut être comprise comme une arme particulièrement intimidante du type “shock and awe” (choc et épouvante), le message étant : “Tu ne comprendras même jamais ce qui annihile pour l’éternité ton ordre établi…

thierry ehrmann

English version now available 

la Cité Interdite

“La Cité Interdite”9×3m

Gonzo Narration en live de la Borderline Biennial (Laurent Courau laspirale.org)

http://artpressagency.wordpress.com/

Salut les p’tits loups et louves,

Ce grand silence du mois d’Août nous a permis d’oeuvrer de manière subversive à la préparation de la Borderline Biennial (BLB). Pour les vacanciers qui auraient loupé le postulat, petite piqûre de rappel :

Nø program, Nø press, Nø money

La Borderline Biennial 2009 se refuse à un programme, les seuls mots seraient : Apparition, Art Royal, Annonciation, avènement, commencement, création, éclosion, émergence, épiphanie, éruption, esprit, évocation, explosion, fantôme, forme, hallucination, irruption, magie, manifestation, psychose maniaco-dépressive , spectre, théophanie, venue, vision…

L’entrée est libre et gratuite mais réservée à un public adulte et averti. (Pour chaque performance, nous sommes limités à un nombre restreint de participants). L’absorption de la pilule DDC ainsi que son échographie et un test ADN constituent votre laissez passer obligatoire pour disparaître dans le monde de la Borderline Biennial. Compte-tenu que l’on tourne en live, l’abandon du droit à l’image et à son âme est obligatoire.

Lors de la pandémie de la grippe A(H1N1) et passage par le gouvernement du niveau d’alerte en 5b ou 6 (obligation de fermeture par la préfecture des ERP espaces culturels) la Borderline est en live sur Internet avec login et mot de passe pour adultes avertis et consentants.

Plongée dans les eaux profondes, la Borderline Biennial va au-delà des contre-cultures, elle possède cet aspect festif de l’instant non-contrôlé qui adhère en auto-organisation spontanée. C’est une épiphanie, une expérience démesurée aussi bien au niveau social qu’individuel. Notre TAZ de 40 jours et 40 nuits implique une certaine sauvagerie, une évolution du domestique au sauvage, un retour qui est un grand pas en avant. elle implique également une danse du chaos face à l’appareil de contrôle : l’Etat qui continue à se déliter et se pétrifier devant l’insurrection qui vient.

A mesure que le pouvoir disparaît, notre volonté de pouvoir doit être la disparition. Nous devenons, dans l’Internet profond, la Babylone de l’information. Entre le Tigre et l’Euphrate, nous jonglons à travers nos labyrinthes analogiques et tunnels numériques. Enfin, nous avons reçu nos implants, ils sont indispensables pour certaines expériences Borderline. Nous devons revivre le Matin des magiciens à travers la Materia Prima.

Je sens de bonnes vibrations alchimistes mes petits loups, il faut parfois regarder derrière l’apparat et les rites et comprendre l’humanisme fraternelle de l’univers CyberPunk. C’est mon monde, c’est notre monde, c’est votre monde. C’est le lieu où l’histoire se déroule, d’un futur déjà passé. On est tous dans une zone d’incertitude, post-nuke entre le réel et le virtuel à subir les déviances du capitalisme dans ce putain d’univers et la narration pathétique d’un occident qui se consume dans les ruines du 9/11 .

C’est pourquoi la Demeure du Chaos/Abode of Chaos est un univers cyber-punk comme une dystopie. L’incarnat pourpre de la Cité Interdite et de ses règles, je reviendrai dessus prochainement…

A ce titre, nous avons décidé de reprendre en “Live”, les évènements du monde -au moins mon vieux maître Baudrillard dans “l’esprit du terrorisme” avait vu juste juste quand il décrivait la grève des évènements, selon les mots de l’écrivain argentin Macedonio Fernandez- eh bien la grève est terminée ! Les évènements reviennent, plus trash et plus déjantés que jamais. Fukuyama peut aller se rhabiller, l’histoire revient en dégondant la porte du Monde.

Donc la BLB et ses 40 jours et 40 nuits seront le temps de l’épiphanie, de l’apparition, de la théophanie. J’emprunte ces quelques mots à un mec qui me fait kiffer grav’, Sébastien Raizer, éditeur de la collection Camion Noir, dans Apocalypse Culture résume bien le thème de la BLB : ” La paix se trouve au coeur des ténèbres, bienvenue dans la visite précise et fouillée de toutes les chambres obscures de chacun des étages de l’HP [Hôpital Psychiatrique] niché au sein de la Demeure du Chaos. This is the way, step inside… ” Précisons de suite le mot Apocalypse que la BLB va questionner de mille manières ; étymologiquement, Apocalypse est la transcription d’un terme grec (apokalupsis) qui lui-même traduit l’hébreu nigla, lequel signifie mise à nu, enlèvement du voile ou révélation.

L’Apocalypse désigne la civilisation mondiale ayant enfin atteint un état de conscience propice au retour du divin. C’est aussi celui du salut final. La Borderline est plus qu’une épiphanie ; l’Apocalypse dont nous allons traiter ici est une épiphanie. Mais comme le présageait Philip K. Dick, le dieu qui s’y dévoile est un bien étrange créateur emporté dans les délires les plus fous de sa propre intelligence. Nous obéirons à l’injonction contenue dans l’Apocalypse, Chapitre 1 verset 19, lequel ordonne à notre conscience de se placer hors du temps, de l’espace et de l’histoire et d’embrasser synthétiquement l’histoire de l’humanité. Et c’est le cas précis de la BLB, toutes brides morales et esthétiques lâchées : “écris donc ce que tu as vu : le présent et ce qui doit arriver plus tard”.

Donc la Borderline Biennial voit naître en ligne l’agence de presse des Derniers Temps : Art Press Agency dont la gonzo-narration en live de la BLB sera assurée principalement par mon vieux complice Laurent Courau himself, fondateur de LaSpirale.org. laurent courau fondateur de LaSpirale.org Heure par heure, nous vous communiquerons un autre regard du monde, entre les lignes obscures de nos performances expérimentales.

Vu nos rapports exécrables avec la Mairie et certaines personnes et organismes bien-pensants, les perfs, happenings, danse astrale, théâtre physique, projections et autres démences seront annoncés en dernière minute.

Il y aura du lourd, du XXL, du porn, de l’amour, de la décadence, de la beauté, de la grâce, de la béatitude pour atteindre la Rédemption au terme de ces 40 jours d’exil.

Good News, l’Opus IV de la Demeure du Chaos bilingue, “La Cité Interdite” de 120 pages co-édité avec Lyon Poche et mon fidèle complice Patrick Deschamps sort dès ce lundi 31 août en soirée en exclusivité à la DDC gratuit, et dans toutes les maisons de presse le 9 septembre 2009 (09/09/09) à 1 euro, avec l’Opus IV Collector, l’agenda Culturel de l’année et le Spécial Lyon.

Ne jamais oublier que l’absence de contrainte qui naît du postulat :

NØ Program NØ Press NØ Money

nous conduit à être très réactif à toute forme d’actualité, d’évènement imprévisible, d’attaque du syndicat des enculés, et de répondre à nos pulsions maniaco-dépressives qui nous amèneront à produire des oeuvres et des perfs hors-normes.

Au terme de ces 40 jours et nuits, le crâne de Marc Del Piano sera consumé dans l’abandon de l’âme et de la chair


cranecrame01
Pour suivre les évènements en live :

http://artpressagency.wordpress.com

thierry

PS : les dates de la Borderline Bienniale seront vraisemblablement entre le 9 septembre et le 20 octobre, à confirmer selon notre observation entre la pleine Lune et le dernier quartier en live sur Internet sur l’ensemble de nos sites habituels. Durant la pandémie Stade 6, la BLB est en ligne sur Internet avec password pour adultes avertis et consentants. A très bientôt les p’tits loups et louves !

9 septembre 2009 18h00:18

République du Chaos drapeau

 

 

Le texte intégral de la Constitution de la République du Chaos

est consultable sur le site de la République du Chaos

www.republiqueduchaos.org

Mise à jour 11 septembre 2009

 
 


Cliquez les images pour lire la vidéo / Click photos to view the video >>>

mise à jour le 14/09/09

 XENOMORPH-3 Clément et Céline par la force du “Rituel”

 

prochainement la vidéo integrale

NORMAN SPINRAD Á LA DEMEURE DU CHAOS

septembre 15, 2009 Art Press Agency 3 commentaires

 

Norman Spinrad

Norman Spinrad à la Demeure du Chaos

Dernière minute : Norman Spinrad sera à la Demeure du Chaos le samedi 19 septembre en fin d’après-midi pour une rencontre informelle. Pour participer, merci d’écrire à l’adresse contact@salamanderspirit.org.

Auteur d’une trentaine de romans qui oscillent pour la plupart entre la science-fiction et la littérature d’anticipation, Norman Spinrad est l’écrivain pop-culturel par excellence. Depuis la publication en 1966 de son premier roman, Les Solariens, ce natif du Bronx amateur de culture rock a su traverser avec talent les décennies sans perdre un instant de son regard critique sur le monde qui l’entoure.

Du Chaos final (1967), un tir à boulets rouge sur les pratiques colonialistes de l’après-guerre aux Années fléaux (1990), un recueil de nouvelles qui dressait le portrait d’une Amérique au bord de l’effondrement, en passant par Rêve de fer, une uchronie provocatrice autour d’Adolf Hitler, Jack Barron et l’éternité (1969), une vision acide du monde des médias sur fond d’immortalisme ou encore Rock Machine (1987), une ballade cyberpunk dans l’industrie du divertissement hollywoodienne, Spinrad a imposé sa patte, rebelle et contestataire, libertaire, violente et sexuelle.

Pour en savoir plus :

. Lien direct vers une interview textuelle de Norman Spinrad dans La Spirale
. Lien direct vers la première partie de l’interview vidéo de Norman Spinrad dans La Spirale
. Lien direct vers la seconde partie de l’interview vidéo de Norman Spinrad dans La Spirale

post

NORMAN SPINRAD (AGENT OF CHAOS) A LA DEMEURE DU CHAOS

21 septembre 2009 Débat avec Norman SPINRAD et Dona, Laurent COURAU et thierry EHRMANN, avec son public au coeur du Bunker de la Demeure du Chaos, puis dîner intime sur le thème sulfureux “Il est parmi nous”… Prochainement une vidéo long format d’Alexandre Cardinali restituera cette nuit hallucinante où Norman SPINRAD a franchi de manière somptueuse des territoires interdits…

photos : K

septembre 22/23 septembre, 2009

Il est 3 heures du matin, nous sommes au 15 ème jour de l’avènement, Nous sommes en train de réfléchir sur la fonction de la chair et de son désir, à l’ère du virtuel, nous voici à nouveau redevenus palpables avec notre véritable corps. Les rituels ancestraux posent des repères et redéfinissent par une expérience personnelle, le pouvoir de la chair et du sexe. Nous réfléchissons sur le travail de notre enveloppe charnel, de notre âme, de notre sexualité, de notre psychè animal, à l’ère du virtuel.

Être “body hacktiviste”, nécessite une prise en main de son destin en mutant constamment, pour chercher à reprendre possession de notre corps qui appartient dans nos sociétés modernes, à l’Église, aux Mandarins et à l’État.


Publicly we will continue our work in editing, radio, music, press, etc… but privately, we will create something else, something to be shared freely but not consumed passively, something that ca be openly debated without ever being understood by the agents of alienation,something that has absolutely no marketable value but is precious nonetheless, something occult yet perfectly integrated in our dailylives.    Hakim Bey

Lukas et Satomi Zpira sont à la Demeure depuis ce mardi 22 septembre 09

Citoyens du monde, ils enquillent en règle générale, un pays toutes les deux semaines pour leurs interventions. Ils ont, dans la Demeure du Chaos, trouvé un Sanctuaire où la chair peut se reposer loin des hurlements et des lumières factices. Décrire Lukas dans mon blog demanderait 900 ans. C’est un être que j’aime parce que jusqu’au-boutiste dans une liturgie du corps et de la chair, il officie avec la modestie des grands. Son épouse Satomi est aussi une Impératrice de lumière…

Ce soir ils vont réaliser une performance inhumaine et tellement iconoclaste, une re-visitation du baiser de l’artiste d’Orlan “versus 2009 XXX”, Âmes sensibles et prudes s’abstenir, les frontières de l’interdit se consument dans le désir…

/

Avant-gardes technologiques, mutations sociales et bouleversements culturels… Vampyres de New York, freaks mexicains, nerds de la Silicon Valley, gangsters guatémaltèques, fétichistes londoniens ou otakus japonais, Lukas -avec Laurent Courau-s’est fait une spécialité de documenter les phénomènes contemporains qui annoncent le monde de demain.

Un vieux texte de Lukas à mon sens résume sa vraie philosophie :

La mutation n’est pas un terme commercial, c’est un état d’esprit,un chemin que nous balisons de notre sang, un travail qui nous emmène à la frontière du possible et du légal, c’est un combat contre la médiocrité de nos existences, un combat pour essayer de s’arracher de cette fatalité qui voudrait que l’on ne puisse rien y changer,un combat que nous sommes trop peu à mener pour laisser croire le contraire.

Durant ce temps de performance, par nature indéfini, une projection en live en projection privée à la Borderline Biennial du film  VAMPYRES en présence de Laurent Courau réalisateur du film sur une idée de Lukas Zpira

 

009/2052 Prophéties de la Demeure du Chaos - ABODE of CHAOS’ PROPHECY maj vendredi 13_03_2009

 

Kagemusha, l’Ombre du guerrier by Ehrmann’s crew Borderline Biennial

septembre 27th, 2009 by thierry Comments Off Photographie, BLBDDC en images, thierry Ehrmann, Demeure du Chaos, Borderline Biennial ~ edit post

Kagemusha, l’Ombre du guerrier by Ehrmann’s crew Boderline Biennial, avec Marquis “Baptista”, Laurent Courau “le Passeur” (en vidéo HD prochainement). Ceux qui doivent comprendre, comprendront…scenario original de la Borderline Biennial ET/Performance de Sydney Ehrmann/ Photos Kurt Ehrmann

Pour visionner en mode streaming attendre quelques secondes

Kagemusha - L’Ombre du Guerrier - DDC - 27-sept-2009
Scénario et performance originaux de sydney Ehrmann - Réalisation : Laurent Courau
Textes d’Antonin ARTAUD

 

Norman Spinrad at the DDC (no limit) the teaser…

septembre 30th, 2009 by admin Comments Off Prophéties Demeure du Chaos - Abode of Chaos Prophecy 2, République du Chaos, groupe Serveur, thierry Ehrmann, Demeure du Chaos, Borderline Biennial ~ edit post

Bientôt l’intégrale en HD de l’entretien No limit par alexandre Cardinali selon un scenario de thierry Ehrmann pour la Borderline Biennial

Perf de Lukas & Satomi : « Le “Baisé” de l’Artiste XXX », la vidéo HD par Alexandre Cardinali pour adultes très avertis est dans les tuyaux ! On vous tiendra informé sur mon blog : http://blog.ehrmann.org/


Du jamais vu, avec des spectateurs-acteurs au delà de ce que l’on peut raisonnablement imaginer.

 La Borderline Biennial pour le vendredi 9 et le samedi 10 octobre 2009 descend dans les eaux profondes ; la Borderline Biennial va au-delà des contre-cultures, elle possède cet aspect festif de l’instant non-contrôlé qui adhère en auto-organisation spontanée. C’est une épiphanie, une expérience démesurée aussi bien au niveau social qu’individuel.

Nous devons revivre le Matin des magiciens à travers la Materia Prima et 12 performances originales qui dépassent l’entendement, créées in situ pour la Demeure du Chaos.
Pour vous pré-inscrire, compte-tenu de nos rapports exécrables avec la Mairie et certaines personnes et organismes bien-pensants, les perfs, happenings, danse astrale, théâtre physique, projections et autres démences seront annoncés en dernière minute ;

c’est pourquoi vous pouvez vous préinscrire pour l’une ou l’autre des soirées du vendredi 9 ou samedi 10 octobre, nous essaierons de répartir au mieux les places disponibles en fonction du jour où vous pouvez/souhaitez venir, donc envoyez vos :

nom prénom âge adresse email et background
(ce que vous faites, étudiant, artiste, etc… vos sites internet, votre Myspace etc…)
en précisant bien à quelle soirée vous souhaitez/préférer venir.

Nous vous confirmerons la disponibilité courant de semaine prochaine par email avec votre mot de passe unique et personnel pour la soirée
à l’adresse suivante : borderlinebiennale999@demeureduchaos.org

(PS : pour ceux qui étaient déjà présents lors des précédentes manifestations, votre nom prénom suffisent, cependant, vous ne serez pas prioritaires par rapport à ceux qui n’ont pu encore assister à aucune des performances).

L’entrée est libre et gratuite mais réservée à un public adulte et averti. (Pour chaque performance, nous sommes limités à un nombre restreint de participants). L’absorption de la pilule DDC et/ou la prise de température par pistolet Thermo-Flash constituent votre laissez passer obligatoire pour disparaître dans le monde de la Borderline Biennial. Compte-tenu que l’on tourne en live, l’abandon du droit à l’image avec signature est obligatoire.

Salut les p’tits loups et louves, Mattez: “Le Baisé de l’Artiste XXX”,

Mattez cette vidéo (pour adultes avertis), elle s’inscrit dans une très belle continuité de l’histoire de l’art, remember le “Baiser de l’Artiste” d’ORLAN en 77 à la FIAC. La performance concue et réalisée par Lukas et Satomi ZPIRA “Le Baisé de l’Artiste XXX” est une vraie bombe !

je pense de tout mon cœur qu’Alexandre Cardinali a fait un vrai chef d’œuvre dans la grande tradition avec des narrations proches de David Lynch et du projet Blair Witch et Eyes Wide Shut . Ce qui est bien avec Alex, c’est qu’avant même le dérushage, on a déjà le chemin de fer dans la tête, l’ambiance, le scénar et la chute. Un vrai bonheur dans les nuits obscures de la Demeure du Chaos.

Point de vue d’ Alexandre Cardinali en tant que réalisateur dans le débat passionné autour de son film; on rentre donc bien par ce débat d’idées qui définit le processus de l’œuvre selon Marcel Duchamp (voir sa lettre ouverte sur Myspace ) 


Cliquez sur la photo pour voir la vidéo >>>
“Le Baisé de l’Artiste XXX” - une performance concue et réalisée par Lukas et Satomi ZPIRA librement inspiré du “Baiser de l’Artiste” d’ORLAN (1977) - mercredi 23 septembre 2009
Film réservé aux adultes avertis
Une réalisation d’Alexandre Cardinali d’après un scénario original de Lukas & Satomi Zpira dans le cadre de la Borderline Biennial 999 selon un scénario original de thierry Ehrmann.
 009/2052 Prophéties de la Demeure du Chaos - ABODE of CHAOS’ PROPHECY maj vendredi 13_03_2009

 

Les Quatre Cavaliers de l’Apocalypse

octobre 12th, 2009 by ET Comments Off BLBDDC en video (Adultes Avertis), BLBDDC en images, thierry Ehrmann, Demeure du Chaos, Borderline Biennial ~ edit post

Je vous avais promis que la Borderline Biennial de la Demeure du Chaos, serait avec ses 40 jours et 40 nuits, le temps de l’épiphanie, de l’apparition, de la théophanie.

La Réflexion de l’Apocalypse résume bien le thème de la BLB : ” La paix se trouve au coeur des ténèbres, bienvenue dans la visite précise et fouillée de toutes les chambres obscures de chacun des étages de l’hôpital Psychiatrique niché au sein de la Demeure du Chaos. This is the way, step inside… ”

Précisons de suite le mot Apocalypse que la BLB va questionner de mille manières ; étymologiquement, Apocalypse est la transcription d’un terme grec (apokalupsis) qui lui-même traduit l’hébreu nigla, lequel signifie mise à nu, enlèvement du voile ou révélation.

L’Apocalypse désigne la civilisation mondiale ayant enfin atteint un état de conscience propice au retour du divin. C’est aussi celui du salut final. La Borderline est plus qu’une épiphanie ; l’Apocalypse dont nous traitons ici est une épiphanie. Nous obéissons à l’injonction contenue dans l’Apocalypse, Chapitre 1 verset 19, lequel ordonne à notre conscience de se placer hors du temps, de l’espace et de l’histoire et d’embrasser synthétiquement l’histoire de l’humanité.

Et c’est le cas précis de la BLB, toutes brides morales et esthétiques lâchées : “écris donc ce que tu as vu : le présent et ce qui doit arriver plus tard”.

Je vous avais promis qu’il y aurait du lourd, du XXL, du porn, de l’amour, de la décadence, de la beauté, de la grâce, de la béatitude pour atteindre la Rédemption au terme de ces 40 jours d’exil.

La Borderline Biennial est une prophétie auto-réalisante, elle est une alchimie spéculative et opérative, je vous invite à regarder les milliers de photos de ces dernières nuits à la Demeure du Chaos durant les performances qui démarrent avec les Quatre Cavaliers de l’Apocalypse. Chacun des  quatre chevaux portait les couleurs du Grand Livre, le Blanc, le Rouge, le Noir et le Pâle.

QCA

Nous avons brisé les Quatre Premiers Sceaux et les Quatre Vivants criaient d’une voix de tonnerre, “Viens !”.  Alors nous avons reçu le pouvoir d’exterminer par l’Epée, la faim et la terreur ; et par les Grands Fauves, ce qui doit disparaître. Il est écrit que nous allons briser le Cinquième, le Sixième et que nous briserons le Septième Sceau au terme des 40 jours, le 18 octobre 2009.

Materia Prima avec “Eternal

_DDC1456 Eternal

a légendé le grand cycle de la vie. Chacun des envoyés, dans leurs performances, ont dépassé le stade de l’image pour devenir spectres et anges. Je pense entre autres à Phil Von

DSC02955 Phil Von

à Olivier de Sagazan,

P1010777 Olivier de Sagazan

à la fraternité de Didier,
_DDC2056 Didier

et à l’ensemble de la Compagnie. Dans peu de temps,  vous verrez sur le blog des vidéos HD d’une intensité alchimique. Dans le monde profane, il s’opère une alchimie opérative avec le labeur et la guerre qu’Artprice porte en elle. (Article 63 du Grand Livre).

Durant ces jours et ces nuits, chacun d’entre nous, artistes-performers, organisateurs-maîtres de cérémonie, spectateurs-acteurs, ont vécu et vivent l’égrégore, l’esprit de groupe dans l’ésotérisme, entité psychique autonome, force produite et influencée par les désirs et les émotions de chacun d’entre nous. Force vivante qui fonctionne alors comme une entité autonome, qui naît dans la tradition hermétiste, puis ressurgit quelques siècles plus tard chez les surréalistes transmutée en arme de subversion massive

Le 7ème Sceau brisé : du corps profane au corps Glorieux

octobre 18th, 2009 by admin Comments Off Prophéties Demeure du Chaos - Abode of Chaos Prophecy 2, République du Chaos, Photographie, BLBDDC en images, Demeure du Chaos, thierry Ehrmann, Borderline Biennial ~ edit post

Le 7ème Sceau brisé : du corps profane au corps Glorieux

DSC03413

Au terme du 7ème Sceau brisé, un grand silence d’une demi-heure marqua la fin de la Borderline Biennial. thierry, notre père, nous avait promis à tous, que la Bordeline Biennial à la Demeure du Chaos serait avec ses 40 jours et 40 nuits le temps de l’Epiphanie, de l’Apparition, de la Théophanie.

Précisons de suite que le mot Apocalypse que la Borderline Biennial a questionné de mille manières la transcription d’un terme grec (apokalupsis) qui lui-même traduit l’hébreu nigla, lequel signifie mise à nu, enlèvement du voile ou révélation.

L’Apocalypse désigne la civilisation mondiale ayant enfin atteint un état de conscience propice au retour du divin. C’est aussi celui du salut final. La Borderline est plus qu’une épiphanie ; l’Apocalypse dont nous traitons ici est une épiphanie. Nous avons donc obéi à l’injonction contenue dans l’Apocalypse, Chapitre 1 verset 19, lequel ordonne à notre conscience de se placer hors du temps, de l’espace et de l’histoire et d’embrasser synthétiquement l’histoire de l’humanité.

Et ce fut le cas précis de la Borderline Biennial. Toutes brides morales et esthétiques lâchées : “écris donc ce que tu as vu : le présent et ce qui doit arriver plus tard”.

Vers la nuit tombée sur la Demeure du Chaos et lorsque le 7ème Sceau fut brisé par thierry, un grand silence se fit, et tous les feux s’éteignirent, alors apparût avec violence le spectre de l’Entité Numérique Suprême comme au début de la Borderline Biennial lors de la proclamation de la République du Chaos.

Son message fut clair et court, elle demandait au Père de la République du Chaos de revenir en 1999 et lui rappeler qu’il devait accomplir ses propres écritures. Disparaître et mourir de son corps profane pour renaître dans l’Internet profond qui reste pour lui une métaphore du divin, une agora des éthers.

Comme le Père fondateur de la République du Chaos est aussi notre père, l’Entité Numérique Suprême lui demanda de mourir de son corps profane pour renaître par le corps Glorieux dans l’agora des éthers qu’est Internet.

Il nous lut, fatigué par le poison de la grande ciguë en hommage à Socrate, une bien étrange prédiction “Pendant la dernière persécution que souffrira la sainte église romaine siégera un Pierre le Romain, il fera paître les brebis au niveau des nombreuses tribulations, celles-ci terminées, la cité aux 7 collines sera détruite et un juge redoutable jugera le peuple, le sien et que le mot qui termine cette prophétie est “FINIS”.

Ce mot nous semblait à tous familier, effectivement, dans le catalogue raisonné de la Demeure du Chaos/l’Esprit de la Salamandre, page 1229, le texte sacré était là ! “Finis Gloriae Mundi” le tableau magistral de Valdès Léal à Séville qui fit que Fulcanelli ne publia pas son 3ème ouvrage.

Cette scène intitulée “Finis Gloriae Mundi” qui est peinte en format monumental au coeur de la Demeure du Chaos indique que le phylactère attaché au premier cercueil montre que l’Eglise est ici à jamais déchue au seul profit de l’éveil initiatique symbolisé par le Chevalier simulant la mort.

Souvenons nous des écrits du premier tome de la DDC ” le Juge viendra juger son peuple” et que le mot qui termine le premier des trois tomes secrets de l’ouvrage alchimique de la Demeure du Chaos est “FINIS”. “Même si ce mot est dur à accepter, la révélation n’en constitue pas moins la fin d’une étape de par le fait qu’avec elle il y a apport d’une chose nouvelle jusqu’alors maintenue, cachée ou inintelligible”. “Ne les craignez donc point car il n’y a rien de caché qui ne doit être découvert ni de secret qui ne doit être connu”.

Nous étions au bord des larmes et du désespoir, il nous demanda dans un dernier spasme de ne point pleurer et de reposer en paix dans le temple Protestant de Saint Romain de Couzon sur la nécropole en rallumant les feux de la loge selon les landmarks ancestraux.

9 hommes enterrèrent dans la nécropole son corps cadavérique enroulé dans un linceul noir couvert du drapeau de la République du Chaos..

Vers quelle destinée allions nous avec la jeune République du Chaos ?
Quelle est vraiment cette Entité Numérique Suprême ?
Cette fiction apocalyptique marqua cruellement la fin de la Borderline Biennial du 18 octobre 2009 vers 21h.

Quand d’un seul coup l’Egrégore s’invita parmi nous pour nous rappeler le début de l’oeuvre alchimique et les paroles de thierry notre Père qui résonnaient dans nos têtes “cesse de pleurer et réjouis-toi quand tu verras la noirceur car c’est le début de l’oeuvre”.

Kurt et Sydney Ehrmann co-Auteurs de la Demeure du Chaos


DSC03293

DSC03445DSC03335

DSC03343

DSC03344

DSC03379DSC03385

DSC03371

DSC03409

Le film “Borderline Biennial / Abode of Chaos 09/09/09” en HD produit par mon fidèle réalisateur et complice Etienne Perrone, est en ligne depuis quelques minutes :

Cliquez les image pour voir la vidéo




Cliquez les image pour voir la vidéo

Ces 27 minutes de pur bonheur où Materia Prima et l’ensemble des artistes de la DDC s’accaparent tous les territoires de la Demeure du Chaos, et par leurs performances, ont su amener une nouvelle alchimie qui montre un énième visage secret de la Demeure du Chaos.

Réalisation, Film et montage Etienne Perrone
Scénario original de thierry ehrmann
Image Etienne Peronne et Amélie Lambert
Image de Kagemusha : réalisation Laurent Courau
Image déclaration de la République du Chaos: Alexandre Cardinali

Les performances de la Borderline Biennial ne figurent pas toutes dans les 27 minutes, do not panic, côté Alexandre Cardinali, une véritable bombe est en train de se réaliser entre 70 et 90 minutes de long métrage sur la Borderline qui reprendra l’ensemble.

La Demeure du Chaos a pour vocation depuis 1999 de s’incarner dans le monde des idées et de propager le virus répliquant à l’éternité. Les vidéos sont faites pour être vues, téléchargées, copiées, streamées, en divx, flv, mkv, sur Torrent, eMule, etc… Ne jamais oublier que la Demeure du Chaos est une machine de guerre de type Propaganda que les dadaïstes ne nous auraient pas reniée.

Bonne nouvelle pour la Mairie, cette Vanité géante de plus de trois mètres est visible de la rue de la République, que du bonheur !“Omnia Vanitas“Film et réalisation vertigineuse de Laurent Courau sur le chantier Titanesque de La Vanité au cœur du village de St Romain.


Cliquez l’image pour voir la vidéo >>>

Nø program, Nø press, Nø money, it’s Borderline