ANNUNTIO VOBIS GAUDIUM MAGNUM, HABEMUS PROHIBITUM LIBRUM

Good news les p’tits loups, les p’tites louves. Le livre est enfin arrivé dans la nuit avec, dans le grand cérémonial, mon Thierry géant qui depuis 20 ans suit le même rituel, à savoir garantir la logistique sensible entre l’imprimeur et un lieu sûr , affiches interdites ou livres (ceux qui ont fait la guerre de l’affichage libre comprendront ces lignes) ; la machine de guerre se met donc en marche dans la nuit, dès réception des ouvrages; une fois qu’un livre sort de l’imprimerie, plus rien ne l’arrête, bye bye les ordonnances de référé, le Juge s’est déclaré incompétent, comme quoi l’adversaire et son coup de sang ne l’ont pas rendu pertinent pour plaider l’urgence et la certitude…

Au XXIème siècle, où le Numérique et l’Internet règnent en maîtres absolus, le Livre a encore, selon moi, une place importante dans notre mémoire collective. C’est pourquoi, j’ai écrit, avec ma vieille PMD qui m’anime, le troisième Opus de 192 pages couleurs sur l’aventure déjantée, punk et alchimique de la Demeure du Chaos, tant dans ses œuvres que dans la philosophie qu’elle répand, notamment dans un monde occidental où la normalisation morbide du tout lisse et tout propre prend le pas sur l’émotion et le rêve.

Chaque page est un puzzle mental où, au fil des semaines, on a construit des codes à plusieurs tiroirs secrets. Ce livre change radicalement la vision plastique de la DDC. Il y a, au-delà de l’incarnation des milliers d’oeuvres, une histoire d’humains qui trouve dans la nuit, un lieu de prières, de paix, de folie ; un sanctuaire où chacun redevient ce qu’il doit être. On parle d’hommes et de femmes, on parle du monde des idées, de contamination, de se transmettre des choses essentielles dans un monde de merde où le lien humain est la dernière écriture.

 

Marc et Lukas ont fait un travail de ouf’sur ma première écriture, chacun a un caractère très entier mais le résultat final est un chef d’oeuvre ; deux chasseurs solitaires avec qui je partage des relations passionnelles. On a fêté avec Marc nos 25 ans de complicité et le constat qu’on a eu mille raisons de se foutre sur la gueule grave, et que curieusement, on ne s’est jamais engueulés en 25 ans. Marc a une capacité artistique a créer ex-nihilo qui est démente. C’est un auteur au sens propre du terme, prédateur discret, il chasse, consomme, gère l’après-vente, mène une vie tri-dimensionnelle et on lui donnerait la Sainte Communion les yeux fermés. Coté Lukas, c’est un Mutant aux mille facettes, prédateur nocturne vers les points d’eaux magnétiques, notre complicité date de la nuit des temps. Peu de gens comprennent notre étrange relation ; elle est très sophistiquée, charnelle et cérébrale. Le pacte du sang et de la chair, de l’alchimie du Nouveau Monde… Lukas revient d’Australie, fait un tour par la Thaïlande, et revient pour une perf. le 22 avec Satomi et après repartent au Japon.

Ce livre est aussi mon univers, mon clan, y’a mon punk déjanté, mon géant, ma bonne fée électrique, Luc et Chantal, Laurent,Thomas, Pierrick, Jean Bat, Ingrid, Sandra, les 2 Audrey, Denis, les Laurents et tous ceux et celles que j’aime, bien sur avant tout, Nadège, Jo, Sydney, Kurt… Il y a aussi dans ce livre tout une partie de la Borderline Biennial, notamment Didier qui malgré sa souffrance de damné a su donner tout le résineux et l’Egregor pour incarner dans la Demeure la folie éclairée de la compagnie Materia Prima. Ces 30 acteurs et performeurs ont laissé sur les murs et les sols, un peu d’eux-mêmes, de salive, de sang, de foutre, de sueur, de chair, au sens-propre, ( n’est ce pas Phil ?)

Dans cette étrange grimoire on peut lire Laurent Courau qui démarre une série de récits auto-prophétiques de la DDC, une autre manière d’écrire” No Future” tout en pensant qu’on vit une époque formidable, et ça peu de mecs ont une telle culture des contre-cultures que Laurent. Il y a le regard transversal de Philipe Liotard, sociologue, qui donne une vertu pédagogique à nos dissections du corps. En écho, Ron Athey a écrit un texte somptueux sur sa performance à la DDC, où lui aussi a laissé son sang sur le tabernacle de verre au coeur du Bunker. On voit apparaître Takederu Kudo, véritable spectre entre Vie et Mort. Il mène une danse Buto qui relie la Mort à la Vie, un passage perpétuel du Néant à la Vie et de la Vie au Néant. Des vibrations internes, des crispations organiques, un dépouillement total de la forme, pour arriver à l’Être profond. On voit jouer “Insomnia” par Materia Prima en entendant dans les pages la voix d’Artaud. Suka off et Lukas évoluant dans un monde en inframince. En voix off, les incantations somptueuses de Tarik et David.

Vous pourrez ainsi percevoir comment la DDC fonctionne H24 avec l’Alchimie qui relie la Factory, les marchés financiers, Artprice, ServerGroup, le marché de l’Art, le Numérique, les manuscrits, l’Internet et l’humain ; dans quoi je vis et quel huis-clos onirique je m’impose pour absorber la souffrance et les cris du nouveau monde, et comment je les retranscris avec Thomas, Yining Zhao et tous les autres plasticiens sur les murs de la Demeure du Chaos. Vous pouvez venir le consulter ou l’acheter (19.90 euros), dès ce week-end, une petite séance signature est prévue vers 17h00 dimanche jusqu’à la fermeture à 18h.

P.S. : de rumeurs en bruits, de bruits en informations, mon instinct me dit que la Cour de Cassation va rendre son verdict entre le 11 et le 12 décembre 2007. Tout est possible et ma réaction sera tout aussi imprévisible. Il y a une armée de fidèles, 72.000 signataires de la pétition qui ont amené avec foi leurs engagements sur la liberté d’expression. Que va-t-il se passer ? Une chose est sûre, quelque soit le résultat, n’attendez aucune concession ni faiblesse de ma part ; il y a eu trop de sang et de larmes dans cette guerre pour oublier, donc cette semaine va être très cruelle. Vous aurez sur ce blog, en direct le Jugement et en son analyse au regard du Droit (notamment sur la forme qui est de la compétence de la Cour de Cassation), les conséquences, et ma position, uniquement sur mon blog ! Faites moi confiance, nous préparons tous les outils de guérilla et de propaganda et ce, quel que soit la décision, nous saurons faire vivre l’Enfer à ceux d’en face, notamment le Maire Pierrre Dumont et sa première adjointe Francoise Revel dont les propos consternants à l’AFP transformeraient Dumont en un humaniste de gauche, protecteur des arts et des lettres …

(re) P.S. dans peu de temps, une fiche élection à Saint Romain au mont d’or sera sur mon blog, âmes sensibles et candidat(e)s fragiles s’abstenir…j’oubliai, on est dans le groupe, en train d’écrire une synthèse du code électoral en deux parties: législative et réglementaire, c’est un de nos métiers depuis 20 ans, à la vitesse où on va, la Mairie sera peut être sous tutelle du Préfet pour annulation des élections, attention les jeux electoraux et les comptes de campagne démarrent le 9 décembre 2007 et je comptes les points avec une infinie patience.

tiens au juste, extrait d’un P.V. du Conseil Municipal de Saint Romain au mont d’Or du 3 novembre: la fondation du Prado qui est en face de la Demeure du Chaos (dont le président est pierre Dumont) souhaite céder une partie de la maison d’accueil des Alizés…/… 1 ha constructible et 8000m 2 en zone boisée…/… Le Prado cédera la partie constructible à un aménageur. Une estimation des biens est en cours . Quand le prix de cession sera connu, la commune engagera une démarche d’acquisition. Le Conseil Municipal, à l’unanimité, accepte cette proposition et autorise monsieur le Maire Pierre Dumont à signer tout document relatif à cette acquisition. No comment…

One Response to “ANNUNTIO VOBIS GAUDIUM MAGNUM, HABEMUS PROHIBITUM LIBRUM”

  1. XeddyX Says:

    Du premier ouvrage en noir

Leave a Reply