La Une du Time: La mort de la culture française 03/12/07

décembre 3rd, 2007 by admin thierry Ehrmann, Demeure du Chaos, Borderline Biennial

The Death of French Culture

A l’heure où la France s’interroge désespérément sur sa perte d’influence artistique dans le monde, (La Une du Time: La mort de la culture française 03/12/07), sa politique culturelle et notamment sur la notion de gratuité du musée, la Demeure du Chaos est un vraie réponse atypique … De week-end en week-end, nous remarquons la forte croissance de visiteurs venus de tous pays.Nous avons, en effet, ouvert au grand public le 18 février 2006 ce musée à ciel ouvert et gratuit, où convergent chaque année désormais 120 000 visiteurs. Nous dénombrons, dans le cadre de notre statut d’E.R.P. (Établissement Recevant du Public) muséal, 201 000 visiteurs du 18/02/2006 au 30/10/2007.

Petit détail, les principales données dans le Time de cette semaine sur le marché de l’art contemporain et la position catastrophique de la France viennent de notre rapport annuel Artprice10/2007 sur la marché de l’art contemporain* et la position de la France dans le monde. Je recommande vivement à Nicolas Sarkozy et Christine Albanel de s’emparer de notre rapport, du réquisitoire de Don Morrison et Grant Rosenberg/Paris mais aussi de l’ouvrage du sociologue Alain Quemin cité dans le Time (03/12/2007) (le rapport disparu et réapparu grâce à nous) que j’ai co-édité avec Jacqueline Chambon en 2002. Dans ce rapport (disparu) il y avait déjà la chronique d’une mort annoncée de l’art contemporain français.
[- L’art contemporain international : entre les institutions et le marché (Le rapport disparu) , (livre complétant le rapport à la demande du ministère des affaires étrangères, “le rôle des pays prescripteurs sur le marché et dans le monde de l’art contemporain”, 7 juin 2001) , Alain Quemin, éditions Jacqueline Chambon/Artprice, 2002.] *Petite anecdote, Artprice est depuis 1987, le leader mondial de l’information sur le marché de l’art, coté en bourse, qui produit pour plus de 2700 journaux dans le monde dont je suis le fondateur…

Un des meilleurs exemples de la politique culturelle française devenu ubuesque est “la Demeure du Chaos”, née le 9 décembre 1999 de mon acte conceptuel, elle est devenue aujourd’hui, avec plus de 910 reportages de presse écrite et audiovisuelle de 72 pays, en 8 ans, une “Factory” incontournable et unique dans le monde, selon la presse artistique internationale. Et bien, cherchez l’erreur , dans ce communiqué de presse quelques jours après notre victoire en Cour d’appel en fin 2006 après 7 ans de combats acharnés :

thierry Ehrmann et le Collectif des Artistes prennent acte que la commune de St Romain au Mont d’or et le Parquet Général ont décidé de se pourvoir contre l’arrêt ayant préservé la Demeure du Chaos. Ce choix ranime la polémique et détruit l’apaisement que l’arrêt apportait. Le pourvoi fait par la mairie est regrettable par son obscurantisme face à l’Art.

Pour autant, thierry Ehrmann et le Collectif se félicitent que le Ministère public dans sa déclaration à l’AFP, selon les propres mots du Procureur Général Viout n’ait « rien contre la Demeure du Chaos ». Ils observent avec intérêt que le pourvoi est uniquement justifié par une question de nature philosophique : le juge peut-il et doit-il dire ce qu’est une œuvre d’art ? Ce qui est en soi une reconnaissance historique pour la Demeure du Chaos. thierry Ehrmann en sa qualité de plasticien se défendra sereinement devant la Cour de Cassation et conclura bien entendu à sa relaxe intégrale. Il ne croit pas que la plus haute juridiction française choisira la censure de l’expression artistique et la normalisation par les bulldozers.

Un siècle plus tard, la France décide de refaire le procès de Brancusi contre les Etats-Unis sur la définition de l’œuvre d’art au regard du droit. L’Histoire inévitablement se clôturera par :
« en 1928 c’était un oiseau, c’est aujourd’hui la Demeure du Chaos ». L’enjeu du procès de la Demeure du Chaos est donc bien la reconstitution d’un consensus cadré par le droit sur la délimitation des frontières cognitives de l’Art. C’est un nouveau « labelling theory » déjà expérimenté par Duchamp que la Haute Cour jugera.
Forts désormais de 54 090 signatures du monde entier, thierry Ehrmann et le Collectif des Artistes appellent plus que jamais à la mobilisation contre la censure de l’expression artistique en France par la signature de la pétition pour la Demeure du Chaos”

Ce communiqué résume à lui tout seul la” politique culturelle et suicidaire “de la France face au monde…La suite du débat judiciaire est pour très bientôt en exclusivité sur mon blog.

P.S. Le 3eme Opus bilingue en format livre et PDF basse def.écran est prêt le 9 decembre à être le virus répliquable à l’infini qui contamine sans limite le monde des idées. Nous sommes des guerriers depuis la nuit des temps, prêts aux combats les plus sanguinaires, aux sacrifices extrêmes, pour défendre un droit sacré “la liberté d’expression”.

Petite piqûre de rappel à une nouvelle classe sociale arrogante à qui il manque la culture du combat juridique et du terrorisme artistique :

Jurisprudence (Cour Européenne des Droits de l’Homme, 21 janvier 1999, n°29183/95, Fressoz et Roire c. France) :

« La liberté d’expression vaut non seulement pour les « informations » ou « idées » accueillies avec faveur ou considérées comme inoffensives ou indifférentes, mais aussi pour celles qui heurtent, choquent ou inquiètent : ainsi le veulent le pluralisme, la tolérance et l’esprit d’ouverture sans lesquels, il n’est pas de « société démocratique ». »

Signez la pétition !
! Sign the petition


LES COMMENTAIRES DES SIGNATAIRES ! - SIGNERS’ COMMENTS

3 Responses to “La Une du Time: La mort de la culture française 03/12/07”

  1. Mondocourau Says:

    De mon humble point de vue, tout est dit dans la conclusion de cet article : “Stop fretting about decline and start applauding the ferment on the fringes.”

    Un constat certes valable pour la France, mais aussi pour les USA et le reste du monde. Les idées nouvelles naissent de manière quasi systématique sur les marges (”fringe” dans la langue de William Shakespeare - “fringe cultures” pour cultures marginales), dans les zones d’autonomie culturelle et sociale.

    Ça ne se fait pas, mais je vais quand même donner dans l’autocitation d’après un texte en réaction à La Nouvelle Origine de Philippe Lemoine :

    « De fait, les mouvements pop-culturels importants de ces dernières décennies sont pour la plupart nés d’initiatives modestes, ancrés sur des friches excentrées, à des années-lumière des centres culturels subventionnés. Là où ils échappaient pour un temps à la mainmise du marché ou des institutions ; le hip hop sur les terrains de baskets du Bronx, la rave culture dans les entrepôts désaffectés de la grande ceinture londonienne, le punk sur les trottoirs miteux du Lower East Side, le reggae dans les ghettos jamaïcains ou, plus loin encore, le blues dans les campagnes pauvres de la Bible Belt du sud des USA. Tous avec les répercussions qu’on leur connaît, soit un impact non négligeable sur les mouvements de transformation de nos sociétés, preuve de la perméabilité de ces dernières aux idées marginales. »

    Nous devrions d’ailleurs nous en réjouir. La route est longue, l’époque formidable et de l’avenir nous parvient déjà l’écho des trompettes de Jéricho ! Longue vie au Chaos !

  2. Jean Renoux Says:

    on croirait que la France est devenue aussi stupide que les Etats Unis. (j’y habite)

  3. Luis Darocha Says:

    Il ne faut pas chercher loin: en France ( le dernier état Soviet) rien ne peut exister ou apparaître sans que les commissaires et inspecteurs nommés par l’officine de la culture, ne se mélent et ne disposent. Tant qu’il y aura un ministère de la culture… c’est déjà une trop vielle histoire; si tu bouges ou bien tu est acredité par les institutions ou tu disparais. Point final. Ah! la vieille France! À la fin c’est fatigant… depuis Malraux que ça décline.

Leave a Reply