EXCLUSIF : 81 MINUTES de pur chef d’oeuvre - Abode of Chaos : Ecce Homo

 
Cliquez sur l’affiche pour accéder au film >>>

Enfin en download HD la vidéo culte de la Demeure du Chaos (Click droit / Enregistrer sous)


http://blog.ehrmann.org/films2/abode-of-chaos-ecce-homo-movie.avi

Interview croisée entre thierry Ehrmann et Alexandre Cardinali

thierry : Alexandre, depuis 2 ans, je te préparai psychologiquement à une immersion totale dans l’univers onirique de la Demeure du Chaos :-) et de la Borderline Biennial 2009 que je terminai d’écrire. Peux-tu nous expliquer dans quel feeling tu étais lors de nos entretiens avant le grand bond ?

Alexandre : thierry, il se produit des phénomènes, au cours de l’existence, qui nous poussent parfois à agir de manière parfois différente de celles que nous connaissons habituellement: Lorsque tu m’appelas, au cours de l’été 2009, pour m’informer du scénario de la nouvelle Borderline Biennial, je sentis que quelque chose d’inhabituel se préparait et que les choses seraient différentes de la Borderline Biennial 2007… Quelque chose de l’ordre de l’inentendable, d’une spiritualité transversale, d’une transgression ultime…

thierry
: Quel travail as-tu effectué dans ta tête, à partir du monde des idées (Noosphère) de la Demeure du Chaos/Abode of Chaos et d’une écriture apocryphe de l’histoire de la modernité à travers les milliers d’œuvres qui constituent le corpus de la Demeure?

Alexandre : Hors de ses murs, j’ai longtemps repensé à la Demeure du Chaos, à sa démarche, à ce qu’elle raconte, à ce qu’elle met en en scène et j’ai alors compris qu’il fallait incarner différemment ce que racontent ses murs. Offrir un autre média que la pierre à ce récit, un média plus mouvant, plus fluide, permettant de se jouer de l’espace et du temps. L’image animée était donc idéale.
Je voulais, avant même que la Borderline Biennial 2009 débute, réaliser ce que j’appelle un film global, dans la même veine que les films de Godfrey Reggio (Koyaanisqatsi), Ron Fricke (Baraka), Yann Arthus-Bertrand et Al Gore (Home et Une vérité qui dérange), puis surtout d’Histoire(s) du cinéma de Jean-Luc Godard.

thierry : Est-ce que les performances parfois “Borderline” de la Biennial 2009 ont guidé ta pensée ?

Alexandre : La nature des performances accomplies durant cette borderline m’ont poussé vers cette approche globale ou générale, tant les thèmes qu’elles contenaient me paraissaient, eux aussi, universels qui parlerait de l’histoire de l’humanité, de son destin et de sa nature.

thierry : Nous recherchons tous les deux une ré-écriture de MacLuhan, le village glocal, global et local à la fois, qui décrive bien notre nouveau millénaire et sa dimension canonique…

Alexandre : Effectivement, il me paraît, à l’heure actuelle, intéressant de se pencher sur la démarche globale de l’humanité, sur notre destin en somme, mais en suivant les perspectives qui sont celles de la Demeure du Chaos, à savoir aborder les événements humains d’un point de vue historique, voire géo-politique, et spirituel, surtout en ces temps d’incertitudes, où le sort de notre planète est écologiquement engagé. Cette démarche est en parfaite harmonie avec ton histoire qui est celle de la Demeure du Chaos.

thierry : Je me souviens t’avoir parlé de deux thèmes dans le scénario de la Borderline Biennial 2009 : l’Apocalypse de Saint Jean et l’Enfer de Dante.

Alexandre : Pour cette étrange ballade au cœur de l’esprit humain et de ce qui le caractérise principalement, j’avais besoin d’un guide. Lors de ton coup de fil, tu me parlas, de ce qui allait se passer, de tous les cercles de l’Enfer. Quelques temps plus tard, je décidais alors d’inclure dans notre film les mots de Dante et de sa Divine Comédie, décidant ainsi qu’il serait notre Virgile à nous, au sein de ce cheminement. Fidèle à Dante et à Pasolini et à son Salo, l’idée d’une structure narrative sous forme de cercles ou de chants, ils sont au nombre de sept, chacun ayant une thématique particulière. Je laisse les passionnés les découvrir.

thierry : Merci Alexandre, je pense que notre grande force c’est l’Egregor, la complicité dans le non-dit, la confiance mutuelle sur un film qui désormais ne nous appartient plus car il est déjà dans l’agora des éthers…

thierry: 180 jours de descente aux Enfers dans un huit-clos emmuré dans les containers artistes de la Demeure de Chaos, Alexandre Cardinali fidèle à Dante et sa Divine Comédie ; et à Salo de Pasolini nous livre sa vision onirique et humaniste du monde et ma lecture de l’Apocalypse de Jean à travers la Borderline Biennial. En preview, le film en live pour vous et seulement pour vous, qui entrez donc ici, emplissez vous d’espoir.

Pour  mémoire mon scénario de la Borderline Biennial 2009 de la DDC se décrivait par ces seuls mots  :

Apparition, Art Royal, Annonciation, avènement, commencement, création, éclosion, émergence, épiphanie, éruption, esprit, évocation, explosion, fantôme, forme, hallucination, irruption, magie, manifestation, psychose maniaco-dépressive, spectre, théophanie, venue, vision…le film: Abode of Chaos : Ecce Homo est en quelque sorte l’aboutissement de ce questionnement.  

thierry E:.

Comments are closed.