Notre seule force est la passion, le Chaos et l’Eros sont nos divinités

septembre 19th, 2007 by thierry thierry Ehrmann, Borderline Biennial

19 septembre 2007 : 19:26

J’ai écrit il y a quelques mois le concept et le scénario de la performance où chaque spectateur absorbe la pilule DDC pour devenir acteur, isolé dans un container blindé avec mon échographeur ; la première personne se présente et tout bascule. Ce qui procède d’un acte artisitique devient au fil des minutes une communion où chaque être me confie pendant un instant son destin en absorbant ce qui va le faire disparaître dans le monde de la Borderline Biennial. Comment aurais-je pu imaginer trois cent six actions gravées à jamais. La vidéo en plan fixe révèle une forme d’invisible.

Nous sommes en train de nous effacer, au coeur de la TAZ dans le chaos originel avant qu’il n’y ait ni roi ni prêtre, ni agent de l’ordre avant l’histoire, avant la hiérarchie, avant le droit.

Notre seule force est la passion, le Chaos et l’Eros sont nos divinités, la volonté de puissance en tant que disparition prend tout son sens à la Demeure du Chaos. La vision alchimiste du nouveau monde associe la Materia Prima (le chaos des alchimistes) au champ de tous les possibles. Par nature, notre TAZ se saisit de tous les moyens pour se réaliser. Elle est un esprit chamanique primordial qui infectera jusqu’à l’Internet profond. Le vrai sens du Cyber-Punk. Nous avons avant de disparaîitre dans la BLB-DDC imaginé sur une face du Bunker (p6-7 du catalogue)* une projection de l’Internet incluant les marques du Chaos. Cette représentation des zones du Chaos serait proche de l’équation de Mandelbrot cachée dans la carte comme des îles qui semblent disparaître.

* DDC_2681.JPG

Nous créons une disparition de l’information ; toute catastrophe à l’intérieur de l’Internet est un noeud de pouvoir. Nous devenons les pirates de la TAZ pour produire des connexions fractales clandestines. Nous recréons au-delà des communes, des zones urbaines révolutionnaires. La vraie force est dans l’esprit des Zones Urbaines des mégapoles.

Par l’ouverture de la Borderline Biennial, la disparition des artistes en terme situationniste se traduit par la suppression et la réalisation de l’art. Nous partons tous pour Croatan ; notre TAZ est le seul espace où l’Art peut exister pour le seul plaisir du jeu. La linguistique du Chaos révèle une présence qui échappe à tout langage. Une présence éthérée subtile que décrit l’alchimie soufiste. L’attracteur étrange autour duquel s’agrège chaotiquement les évènements du monde.

Nous autres plasticiens décrétons une esthétique de la TAZ entre le Chaos et l’Ordre. La zone magique ou l’interruption du système devient l’illumination. La Borderline Biennial est née entre une utopie pirate et l’Internet profond. Elle prend d’assaut le système et retourne à l’invisible. Nous sommes une Insurrection hors le Temps et l’Histoire. Le cauchemard cyber-punk démarre dans le Bunker et les 12 containers. Ce blog disparaîtra au profit d’autres blogs.

Leave a Reply