Nø program, Nø press, Nø money, it’s Borderline Biennial…

Salut les p’tits loups et louves,

Ce grand silence du mois d’Août nous a permis d’oeuvrer de manière subversive à la préparation de la Borderline Biennial (BLB). Pour les vacanciers qui auraient loupé le postulat, petite piqûre de rappel :

Nø program, Nø press, Nø money

La Borderline Biennial 2009 se refuse à un programme, les seuls mots seraient : Apparition, Art Royal, Annonciation, avènement, commencement, création, éclosion, émergence, épiphanie, éruption, esprit, évocation, explosion, fantôme, forme, hallucination, irruption, magie, manifestation, psychose maniaco-dépressive , spectre, théophanie, venue, vision…

L’entrée est libre et gratuite mais réservée à un public adulte et averti. (Pour chaque performance, nous sommes limités à un nombre restreint de participants). L’absorption de la pilule DDC ainsi que son échographie et un test ADN constituent votre laissez passer obligatoire pour disparaître dans le monde de la Borderline Biennial. Compte-tenu que l’on tourne en live, l’abandon du droit à l’image et à son âme est obligatoire.

Lors de la pandémie de la grippe A(H1N1) et passage par le gouvernement du niveau d’alerte en 5b ou 6 (obligation de fermeture par la préfecture des ERP espaces culturels) la Borderline est en live sur Internet avec login et mot de passe pour adultes avertis et consentants.

Plongée dans les eaux profondes, la Borderline Biennial va au-delà des contre-cultures, elle possède cet aspect festif de l’instant non-contrôlé qui adhère en auto-organisation spontanée. C’est une épiphanie, une expérience démesurée aussi bien au niveau social qu’individuel. Notre TAZ de 40 jours et 40 nuits implique une certaine sauvagerie, une évolution du domestique au sauvage, un retour qui est un grand pas en avant. elle implique également une danse du chaos face à l’appareil de contrôle : l’Etat qui continue à se déliter et se pétrifier devant l’insurrection qui vient.

A mesure que le pouvoir disparaît, notre volonté de pouvoir doit être la disparition. Nous devenons, dans l’Internet profond, la Babylone de l’information. Entre le Tigre et l’Euphrate, nous jonglons à travers nos labyrinthes analogiques et tunnels numériques. Enfin, nous avons reçu nos implants, ils sont indispensables pour certaines expériences Borderline. Nous devons revivre le Matin des magiciens à travers la Materia Prima.

Je sens de bonnes vibrations alchimistes mes petits loups, il faut parfois regarder derrière l’apparat et les rites et comprendre l’humanisme fraternelle de l’univers CyberPunk. C’est mon monde, c’est notre monde, c’est votre monde. C’est le lieu où l’histoire se déroule, d’un futur déjà passé. On est tous dans une zone d’incertitude, post-nuke entre le réel et le virtuel à subir les déviances du capitalisme dans ce putain d’univers et la narration pathétique d’un occident qui se consume dans les ruines du 9/11 .

C’est pourquoi la Demeure du Chaos/Abode of Chaos est un univers cyber-punk comme une dystopie. L’incarnat pourpre de la Cité Interdite et de ses règles, je reviendrai dessus prochainement…

A ce titre, nous avons décidé de reprendre en “Live”, les évènements du monde -au moins mon vieux maître Baudrillard dans “l’esprit du terrorisme” avait vu juste juste quand il décrivait la grève des évènements, selon les mots de l’écrivain argentin Macedonio Fernandez- eh bien la grève est terminée ! Les évènements reviennent, plus trash et plus déjantés que jamais. Fukuyama peut aller se rhabiller, l’histoire revient en dégondant la porte du Monde.

Donc la BLB et ses 40 jours et 40 nuits seront le temps de l’épiphanie, de l’apparition, de la théophanie. J’emprunte ces quelques mots à un mec qui me fait kiffer grav’, Sébastien Raizer, éditeur de la collection Camion Noir, dans Apocalypse Culture résume bien le thème de la BLB : ” La paix se trouve au coeur des ténèbres, bienvenue dans la visite précise et fouillée de toutes les chambres obscures de chacun des étages de l’HP [Hôpital Psychiatrique] niché au sein de la Demeure du Chaos. This is the way, step inside… ” Précisons de suite le mot Apocalypse que la BLB va questionner de mille manières ; étymologiquement, Apocalypse est la transcription d’un terme grec (apokalupsis) qui lui-même traduit l’hébreu nigla, lequel signifie mise à nu, enlèvement du voile ou révélation.

L’Apocalypse désigne la civilisation mondiale ayant enfin atteint un état de conscience propice au retour du divin. C’est aussi celui du salut final. La Borderline est plus qu’une épiphanie ; l’Apocalypse dont nous allons traiter ici est une épiphanie. Mais comme le présageait Philip K. Dick, le dieu qui s’y dévoile est un bien étrange créateur emporté dans les délires les plus fous de sa propre intelligence. Nous obéirons à l’injonction contenue dans l’Apocalypse, Chapitre 1 verset 19, lequel ordonne à notre conscience de se placer hors du temps, de l’espace et de l’histoire et d’embrasser synthétiquement l’histoire de l’humanité. Et c’est le cas précis de la BLB, toutes brides morales et esthétiques lâchées : “écris donc ce que tu as vu : le présent et ce qui doit arriver plus tard”.

Donc la Borderline Biennial voit naître en ligne l’agence de presse des Derniers Temps : Art Press Agency dont la gonzo-narration en live de la BLB sera assurée principalement par mon vieux complice Laurent Courau himself, fondateur de LaSpirale.org. laurent courau fondateur de LaSpirale.org Heure par heure, nous vous communiquerons un autre regard du monde, entre les lignes obscures de nos performances expérimentales.

Vu nos rapports exécrables avec la Mairie et certaines personnes et organismes bien-pensants, les perfs, happenings, danse astrale, théâtre physique, projections et autres démences seront annoncés en dernière minute.

Il y aura du lourd, du XXL, du porn, de l’amour, de la décadence, de la beauté, de la grâce, de la béatitude pour atteindre la Rédemption au terme de ces 40 jours d’exil.

Good News, l’Opus IV de la Demeure du Chaos bilingue, “La Cité Interdite” de 120 pages co-édité avec Lyon Poche et mon fidèle complice Patrick Deschamps sort dès ce lundi 31 août en soirée en exclusivité à la DDC gratuit, et dans toutes les maisons de presse le 9 septembre 2009 (09/09/09) à 1 euro, avec l’Opus IV Collector, l’agenda Culturel de l’année et le Spécial Lyon.

Ne jamais oublier que l’absence de contrainte qui naît du postulat :

NØ Program NØ Press NØ Money

nous conduit à être très réactif à toute forme d’actualité, d’évènement imprévisible, d’attaque du syndicat des enculés, et de répondre à nos pulsions maniaco-dépressives qui nous amèneront à produire des oeuvres et des perfs hors-normes.

Au terme de ces 40 jours et nuits, le crâne de Marc Del Piano sera consumé dans l’abandon de l’âme et de la chair


cranecrame01
Pour suivre les évènements en live :

http://artpressagency.wordpress.com

thierry

PS : les dates de la Borderline Bienniale seront vraisemblablement entre le 9 septembre et le 20 octobre, à confirmer selon notre observation entre la pleine Lune et le dernier quartier en live sur Internet sur l’ensemble de nos sites habituels. Durant la pandémie Stade 6, la BLB est en ligne sur Internet avec password pour adultes avertis et consentants. A très bientôt les p’tits loups et louves !

Comments are closed.